Vendredi Saint – 10 avril 2020

Vendredi Saint

Parole d’accueil

Comme l’arbre plonge ses racines dans la terre
dont nous sommes faits,
et lance ses branches vers le ciel,
en ce Vendredi saint, plus qu’en un autre jour,
nous pouvons ressentir
combien la croix du Christ
nous rejoint ici-bas
et nous élève jusqu’au Royaume.

Prière du jour

Seigneur notre Dieu,
nous savons que tu nous aimes sans mesure.
Tu n’as pas refusé de livrer ton Fils à la mort sur la croix,
mais tu l’as donné pour sauver le monde.

Aujourd’hui encore, montre-nous ton amour
et accorde-nous de suivre ton Fils Jésus Christ
dans le mystère de sa Pâque,
lui qui est béni pour les siècles des siècles. Amen.

Lecture Jean 18,1-14 la trahison de Judas et l’arrestation.

1Après avoir dit cela, Jésus sortit avec ses disciples pour aller de l’autre côté de l’oued Cédron, où se trouvait un jardin dans lequel il entra, lui et ses disciples.

2Judas, qui le livrait, connaissait le lieu, parce que Jésus et ses disciples s’y étaient souvent réunis.

3Judas, donc, qui avait emmené la cohorte et des gardes fournis par les grands prêtres et par les pharisiens, arrive là avec des torches, des lanternes et des armes. 4Jésus, sachant tout ce qui allait lui arriver, s’avança et leur dit : Qui cherchez-vous ? 5Ils lui répondirent : Jésus le Nazoréen. Il leur dit : C’est moi. Judas, qui le livrait, se tenait avec eux. 6Lorsqu’il leur dit : « C’est moi », ils reculèrent et tombèrent par terre.

7Il leur demanda de nouveau : Qui cherchez-vous ? Et ils dirent : Jésus le Nazoréen. 8Jésus répondit : Je vous l’ai dit, c’est moi. Si donc c’est moi que vous cherchez, laissez-les s’en aller. 9C’était pour que s’accomplisse la parole qu’il avait dite : « Je n’ai perdu aucun de ceux que tu m’as donnés. »

10Simon Pierre, qui avait une épée, la tira, frappa l’esclave du grand prêtre et lui trancha l’oreille droite. Le nom de l’esclave était Malchos. 11Jésus dit à Pierre : Remets ton épée dans son fourreau. La coupe que le Père m’a donnée, ne la boirai-je pas ?

12La cohorte, le tribun militaire et les gardes des Juifs s’emparèrent alors de Jésus et le lièrent. 13Ils le conduisirent d’abord à Anne : c’était le beau-père de Caïphe, qui était grand prêtre cette année-là, 14ce Caïphe qui avait donné aux Juifs le conseil suivant : « Il est avantageux qu’un seul homme meure pour le peuple. »

Chant 43-04 str 1 « Seigneur reçoit, Seigneur pardonne »

  1. Seigneur, reçois, Seigneur, pardonne
    Notre misère et nos péchés !
    Et ce pardon que tu nous donnes,
    Enseigne-nous à le donner !

Refrain
O mon Seigneur, mon Dieu, mon Roi,
Aie pitié, aie pitié de moi !

 

Lecture Jean 18,15-27 Jésus chez Caïphe

15Simon Pierre, ainsi qu’un autre disciple, suivait Jésus. Ce disciple était connu du grand prêtre, et il entra avec Jésus dans le palais du grand prêtre ; 16Pierre, lui, se tenait dehors, près de la porte. L’autre disciple, celui qui était connu du grand prêtre, sortit, parla à la gardienne de la porte et fit entrer Pierre. 17Alors la servante qui gardait la porte dit à Pierre : N’es-tu pas, toi aussi, l’un des disciples de cet homme ? Il dit : Je ne le suis pas. 18Les esclaves et les gardes se tenaient là ; ils avaient fait un feu de braises, car il faisait froid, et ils se chauffaient. Pierre aussi se tenait avec eux et se chauffait.

19Le grand prêtre interrogea Jésus sur ses disciples et sur son enseignement. 20Jésus lui répondit : Moi, j’ai parlé ouvertement au monde ; j’ai toujours enseigné dans la synagogue et dans le temple, là où tous les Juifs se rassemblent, et je n’ai rien dit en secret. 21Pourquoi m’interroges-tu ? Ce dont j’ai parlé, demande-le à ceux qui m’ont entendu ; ils savent bien, eux, ce que, moi, j’ai dit ! 22A ces mots, un des gardes qui étaient là donna une gifle à Jésus, en disant : Est-ce ainsi que tu réponds au grand prêtre ? 23Jésus lui répondit : Si j’ai mal parlé, prouve-le ; et si j’ai bien parlé, pourquoi me bats-tu ?24Alors Anne l’envoya, lié, à Caïphe, le grand prêtre.

25Simon Pierre se tenait là et se chauffait. On lui dit : N’es-tu pas, toi aussi, l’un de ses disciples ? Il le nia en disant : Je ne le suis pas. 26Un des esclaves du grand prêtre, qui était parent de celui à qui Pierre avait tranché l’oreille, dit : Ne t’ai-je pas vu, moi, dans le jardin, avec lui ? 27Pierre le nia encore. Et aussitôt un coq chanta.

Chant 43-10 str 2 « Tel que je suis, bien vacillant »

  1. Tel que je suis, bien vacillant,
    En proie au doute à chaque instant,
    Lutte au dehors, crainte au dedans,
    Agneau de Dieu, je viens, je viens !

Jean 18,28-38a     Jésus avec Pilate : qu’est-ce que la vérité ?

28De chez Caïphe, ils emmènent Jésus au prétoire ; c’était le matin. Ils n’entrèrent pas eux-mêmes dans le prétoire, afin de ne pas se souiller et de pouvoir manger la Pâque.

29Pilate sortit vers eux et dit : Quelle accusation portez-vous contre cet homme ? 30Ils lui répondirent : Si cet individu n’était pas malfaisant, nous ne te l’aurions pas livré. 31Pilate leur dit donc : Prenez-le vous-mêmes, et jugez-le selon votre loi ! Les Juifs lui dirent : Il ne nous est pas permis de tuer quelqu’un ! 32— cela afin que s’accomplisse la parole que Jésus avait dite, pour signifier de quelle mort il allait mourir.

33Pilate rentra dans le prétoire, appela Jésus et lui dit : Es-tu le roi des Juifs, toi ? 34Jésus répondit : Est-ce de toi-même que tu dis cela, ou bien est-ce d’autres qui te l’ont dit de moi ? 35Pilate répondit : Suis-je donc juif, moi ? C’est ta nation et les grands prêtres qui t’ont livré à moi ! Qu’as-tu fait ? 36Jésus répondit : Ma royauté n’est pas de ce monde. Si ma royauté était de ce monde, mes gens auraient combattu pour que je ne sois pas livré aux Juifs ; en fait ma royauté n’est pas d’ici. 37Pilate lui dit : Toi, tu es donc roi ? Jésus répondit : C’est toi qui dis que je suis roi. Moi, si je suis né et si je suis venu dans le monde, c’est pour rendre témoignage à la vérité. Quiconque est de la vérité entend ma voix. 38Pilate lui dit : Qu’est-ce que la vérité ?

Chant 43-04 str 2 « Seigneur reçoit, Seigneur pardonne »

  1. Hors de Jésus je ne puis craindre
    Que ton verdict de vérité.
    Il a subi, mais sans se plaindre,
    Ce que j’avais seul mérité. Refr.

Refrain
O mon Seigneur, mon Dieu, mon Roi,
Aie pitié, aie pitié de moi !

 

Jean 18,38b-40    Barabas libéré

38Après avoir dit cela, il sortit de nouveau vers les Juifs et leur dit : Moi, je ne trouve aucun motif de condamnation en lui.

39Comme il est d’usage chez vous que je vous relâche quelqu’un pour la Pâque, décidez donc : vous relâcherai-je le roi des Juifs ? 40Alors ils se remirent à crier : Pas cet individu, mais Barabbas ! Or Barabbas était un bandit.

Chant 33-01 str 1 & 2 « O Jésus, notre frère »

  1. O Jésus, notre frère,
    Tu gravis le calvaire,
    Et pour nous tu souffris.
    Accorde-nous toi-même
    Le nom de ceux qui t’aiment,
    Au nom de ton amour meurtri.

 

  1. Tu sais notre faiblesse,
    Nous savons ta tendresse,
    Ramène-nous vers toi ;
    Ecoute nos prières,
    O Jésus, notre frère,
    Qui pour nous mourus sur la croix.

 

  1. Jésus, que ta souffrance
    Apporte l’espérance
    Au monde en son malheur ;
    Que ton amour fidèle
    A l’amour nous appelle,
    Que ta paix soit notre bonheur.

 

Jean 19,1-16        Le couronnement d’épine

1Alors Pilate prit Jésus et le fit fouetter. 2Les soldats tressèrent une couronne d’épines qu’ils lui mirent sur la tête, et ils l’habillèrent d’un vêtement de pourpre ; 3ils venaient à lui en disant : Bonjour, roi des Juifs ! et ils lui donnaient des gifles.

4Pilate sortit de nouveau et dit aux Juifs : Je vous l’amène dehors, pour que vous sachiez que je ne trouve en lui aucun motif de condamnation. 5Jésus sortit donc, portant la couronne d’épines et le vêtement de pourpre. Et Pilate leur dit : Voici l’homme !

6Lorsque les grands prêtres et les gardes le virent, ils crièrent : Crucifie-le ! Crucifie-le ! Pilate leur dit : Prenez-le vous-mêmes et crucifiez-le ; car moi, je ne trouve pas de motif de condamnation en lui. 7Les Juifs lui répondirent : Nous, nous avons une loi, et selon cette loi, il doit mourir, parce qu’il s’est fait Fils de Dieu.

8Quand Pilate entendit cette parole, sa crainte augmenta. 9Il rentra dans le prétoire et dit à Jésus : D’où es-tu, toi ? Mais Jésus ne lui donna pas de réponse. 10Pilate lui dit alors : Tu ne me parles pas, à moi ? Ne sais-tu pas que j’ai le pouvoir de te relâcher comme j’ai le pouvoir de te crucifier ? 11Jésus répondit : Tu n’aurais sur moi aucun pouvoir s’il ne t’avait été donné d’en haut. C’est pourquoi celui qui me livre à toi est coupable d’un plus grand péché.

12Dès lors, Pilate cherchait à le relâcher. Mais les Juifs crièrent : Si tu le relâches, tu n’es pas ami de César. Quiconque se fait roi se déclare contre César. 13Après avoir entendu ces paroles, Pilate amena donc Jésus dehors et s’assit au tribunal, au lieu dit le Pavé — en hébreu Gabbatha. 14C’était le jour de la Préparation de la Pâque, vers la sixième heure. Il dit aux Juifs : Voici votre roi ! 15Mais ils s’écrièrent : A mort ! A mort ! Crucifie-le ! Pilate leur dit : Vais-je crucifier votre roi ? Les grands prêtres répondirent : Nous n’avons pas d’autre roi que César. 16Alors il le leur livra pour qu’il soit crucifié. Ils prirent donc Jésus.

Chant 33-01 str 3 « O Jésus, notre frère »

  1. Jésus, que ta souffrance
    Apporte l’espérance
    Au monde en son malheur ;
    Que ton amour fidèle
    A l’amour nous appelle,
    Que ta paix soit notre bonheur.

 

 

Jean 19,17-30      Jésus crucifié

17Portant lui-même la croix, il sortit vers le lieu qu’on appelle le Crâne, ce qui se dit en hébreu Golgotha. 18C’est là qu’ils le crucifièrent, et avec lui deux autres, un de chaque côté et Jésus au milieu.19Pilate fit aussi un écriteau qu’il plaça sur la croix. Il y était inscrit : « Jésus le Nazoréen, le roi des Juifs. »

20Beaucoup de Juifs lurent cet écriteau, parce que le lieu où Jésus fut crucifié était proche de la ville ; l’inscription était en hébreu, en latin et en grec. 21Les grands prêtres des Juifs dirent à Pilate : N’écris pas : « Le roi des Juifs », mais : « Celui-là a dit : Je suis le roi des Juifs. » 22Pilate répondit : Ce que j’ai écrit, je l’ai écrit.

23Les soldats, après avoir crucifié Jésus, prirent ses vêtements et en firent quatre parts, une part pour chaque soldat. Ils prirent aussi sa tunique, qui était sans couture, d’un seul tissu d’en haut jusqu’en bas. 24Ils se dirent entre eux : Ne la déchirons pas, mais désignons par le sort celui à qui elle appartiendra. C’était pour que soit accomplie l’Ecriture : Ils se sont partagé mes vêtements et ils ont tiré au sort ma robe. Voilà ce que firent les soldats.

25Auprès de la croix de Jésus se tenaient sa mère et la sœur de sa mère, Marie, femme de Clopas, et Marie-Madeleine. 26Jésus, voyant sa mère et, près d’elle, le disciple qu’il aimait, dit à sa mère : Femme, voici ton fils. 27Puis il dit au disciple : Voici ta mère. Et dès cette heure-là, le disciple la prit chez lui.

28Après cela, pour que l’Ecriture soit accomplie, Jésus, sachant que déjà tout était achevé, dit : J’ai soif. 29Il y avait là un récipient plein de vin aigre. On fixa à une tige d’hysope une éponge imbibée de vin aigre et on l’approcha de sa bouche. 30Quand il eut pris le vin aigre, Jésus dit : Tout est achevé. Puis il baissa la tête et rendit l’esprit.

Prière

Quand Judas a trahi, je pouvais dire : C’est Judas, ce n’est pas moi.

Quand Pierre a renié, je pouvais dire : C’est Pierre, ce n’est pas moi.

Mais quand la foule crie : Crucifie-le ! je ne peux plus dire : Ce n’est pas moi.

Tu es crucifié par nos indifférences, nos lâchetés, nos silences.

Tu es crucifié chaque fois que nous préférons nous fondre dans l’anonymat de la foule, toutes les fois où nous nous réfugions derrière la loi du plus grand nombre.

Mais devant ta croix, nous ne sommes plus une foule. Nous sommes des hommes et des femmes qui ont tous un nom unique, le nom de notre baptême.

Et quel que soit notre nom, aujourd’hui tu nous appelles : enfant de Dieu, bien-aimé du père.

À la croix tu ensevelis nos reniements et nos trahisons dans ta miséricorde et ton pardon pour nous donner ce nouveau nom. Amen.

Chant 33-24 « Quel Sauveur merveilleux »

Attaché à la croix pour moi

 

  1. Quel Sauveur merveilleux je possède !
    Il se livre à la mort pour moi ;
    Et sa vie innocente, il la cède
    En souffrant sur l’infâme bois.

Refrain
Attaché à la croix pour moi, (bis)
Il a pris mon péché, il m’a délivré,
Attaché à la croix pour moi.

 

  1. La rançon que jamais un esclave
    Dans ses liens ne pourra verser,
    La rançon qui défait mes entraves,
    Mon Sauveur voulut la payer. Refr.

 

  1. Dans le monde, on s’attache à soumettre,
    Dominer, se faire obéir,
    Mais il est le Seigneur et le maître
    Parmi nous venu pour servir. Refr.

 

  1. Pour aimer jusqu’au don de sa vie,
    Jusqu’à nous Christ est descendu.
    Qu’à mon tour je me donne et m’oublie,
    Proclamant le Seigneur Jésus. Refr.

 

Jean 19,31-42      descente de croix et mise au tombeau.

31C’était le jour de la Préparation et, pour que les corps ne demeurent pas en croix pendant le sabbat — car ce sabbat-là était un grand jour — les Juifs demandèrent à Pilate de les faire enlever après leur avoir brisé les jambes. 32Les soldats vinrent donc et brisèrent les jambes du premier, puis de l’autre qui avait été crucifié avec lui. 33Quand ils vinrent à Jésus, ils virent qu’il était déjà mort et ils ne lui brisèrent pas les jambes ; 34mais un des soldats lui transperça le côté avec une lance ; aussitôt il en sortit du sang et de l’eau. 35Celui qui l’a vu en a témoigné, et son témoignage est vrai ; lui, il sait qu’il dit vrai, pour que vous aussi vous croyiez. 36Cela est arrivé pour que soit accomplie l’Ecriture : Aucun de ses os ne sera brisé. 37Et une autre Ecriture dit encore : Ils regarderont vers celui qu’ils ont transpercé.

38Après cela, Joseph d’Arimathée, qui était disciple de Jésus, mais en secret, par crainte des Juifs, demanda à Pilate la permission d’enlever le corps de Jésus. Pilate le lui permit. Joseph vint donc et enleva le corps. 39Nicodème, qui était d’abord venu le trouver de nuit, vint aussi en apportant un mélange d’environ cent livres de myrrhe et d’aloès. 40Ils prirent donc le corps de Jésus et le lièrent de bandelettes, avec les aromates, comme les Juifs ont coutume d’ensevelir. 41Or il y avait un jardin au lieu où il avait été crucifié et, dans le jardin, un tombeau neuf où encore personne n’avait été mis. 42C’est donc là qu’ils mirent Jésus, à cause de la Préparation des Juifs, parce que le tombeau était proche.

Chant 33-18 « Splendeur et gloire sur la terre »

 

  1. Splendeur et gloire sur la terre
    Du Dieu très pur, du Dieu très saint,
    Tu fus voilée à ce calvaire
    Et tu es morte sous nos mains.
    O Jésus- Christ, buisson de feu
    Où resplendit l’amour de Dieu !

 

  1. Miroir de Dieu, divin visage
    Du Dieu secret, du Dieu présent,
    Nous avons vu des mains sauvages
    Blesser ton front, verser ton sang.
    O Jésus-Christ, ô seul Seigneur,
    Dans ta faiblesse est ta grandeur.

 

  1. Tu es l’image et l’espérance
    De notre vraie humanité.
    Tu as vécu de nos souffrances
    Et nous vivons de ta clarté.
    O Jésus-Christ, fils de Marie,
    Ainsi que toi, je vive et prie !

 

 

 

 

 

Prière d’intercession

Notre Dieu aujourd’hui, dans ce temps si particulier où nous sommes amenés, malgré-nous, à ralentir, nous voulons te prier.

Alors que nos existences sont bouleversées, notre Dieu, nous voulons t’espérer…

Seigneur notre Dieu, nous remettons à ta compassion et à ton amour tous ceux qui souffrent dans leur corps ou dans leur esprit. Nous te remettons nos frères et nos amis qui sont aujourd’hui dans l’épreuve.

Viens guérir notre monde, ouvrir les prisons iniques, briser les liens injustes, soulager, guérir les malades et leur famille : sois à côté et parmi eux  afin qu’ils ne se sentent pas seuls, abandonnés !

Nous remettons à ta sagesse et à ton amour les chefs des peuples afin qu’ils recherchent la justice et la paix.

Face à la pandémie, que leurs décisions aient toujours en vue le bien pour de tous les peuples.

Nous te prions pour le corps médical en première ligne dans la lutte contre cette maladie, Seigneur guide-les et garde-les.

Nous remettons à ton inspiration et à ton amour les artistes et les savants afin qu’ils cherchent le vrai secret et qu’ils disent le vrai désir de ta création.

Nous remettons à ta fidélité et à ton amour ton Église. Donne-lui courage et fidélité, accorde-lui la paix et l’unité.

Nous prions en particulier pour notre Église, ses pasteurs et ses membres, ses enfants et ses catéchumènes, ses jeunes et ses anciens. Accorde-nous foi, amour et espérance.

Accorde-nous la grâce de te reconnaître. Affermis notre foi et augmente notre charité afin que nous ne soyons pas des obstacles qui défigurent ton vrai visage.

Seigneur, dans ce temps de crise, chacun peut maintenant te prier, personnellement :

(Nommer ici les personnes que vous voulez confier à Dieu.)

Dieu, le Père tout puissant, comble nous de ta grâce, et que sous l’action de l’Esprit Saint, nous marchions avec toi Seigneur Jésus tout au long de ce week-end qui nous mène à la victoire de Pâques.

Garde-nous dans la fidélité. Donne-nous audace et imagination pour être témoins de ta croix… et de ta résurrection, toi qui nous a appris à te dire :

Notre Père qui es aux cieux,

que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne,

que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.

Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour.

Pardonne-nous nos offenses

comme nous pardonnons aussi

à ceux qui nous ont offensés,

Et ne nous laisse pas entrer en tentation,

Mais délivre-nous du mal.

Car c’est à toi qu’appartiennent :

le règne, la puissance et la gloire,

Pour les siècles des siècles, Amen.

 

 

Bénédiction

Que le Seigneur te bénisse et te garde.
Que le Seigneur fasse briller sur toi son visage
et t’accorde sa grâce.
Que le Seigneur tourne vers toi son visage
et te donne la paix. Amen.

 

Accueil