Giromagny et son temple

La communauté protestante de Giromagny

et son temple

 

 

Historique :

 

Giromagny présente  la particularité, comme Beaucourt, de compter sur son ban communal à la fois un temple et un cimetière protestants, dont la création relève dans les deux cas, de deux familles d’industriels protestants, les Boigeol à Giromagny et les Japy à Beaucourt.

 

Ferdinand Boigeol (1800-1866), industriel – créateur de l’industrie textile dans la région de Giromagny – maire de cette ville à plusieurs reprises, conseiller général dès 1848, fut l’un des fondateurs de la paroisse protestante de Giromagny.

Grâce à lui, un oratoire aménagé chemin Saint-Pierre accueille dès 1853 un pasteur et des fidèles, heureux de ne plus avoir à se déplacer à Héricourt pour prendre part au culte.

Ferdinand Boigeol

Ferdinand Boigeol achète à proximité de cet oratoire, une maison qu’il fait aménager en  «école libre protestante»,  création attestée par un courrier adressé le 3 décembre 1878 par le président du Conseil presbytéral de la paroisse protestante du Territoire de Belfort au maire de Giromagny pour prier la commune de «communaliser» cette école, fondée en 1865, dont le coût de fonctionnement est pris en charge par de généreux souscripteurs. Le même courrier fait état de 28 enfants protestants d’âge scolaire.

 

L’en-tête dudit courrier, dont le pasteur Abt est le signataire, ne fait pas encore mention de la «paroisse protestante de Belfort-Giromagny», même si dès juillet 1872, l’administrateur (préfet) communique au maire de Giromagny un dossier relatif à la demande du consistoire d’Héricourt tendant à établir la communauté protestante de Belfort-Giromagny en paroisse officielle.

Dans ce canton de Giromagny, très fortement marqué par l’influence catholique, le développement des activités de Ferdinand Boigeol, qui avait épousé Alice Japy de Beaucourt, également protestante, aura eu pour conséquence d’attirer des familles de cette confession. En 1841, Giromagny comptait 2450 habitants : 2421 catholiques et 26 protestants (luthériens). En 1846, 2709 habitants sont dénombrés dont 2656 catholiques et 41 protestants, en 1866, ils étaient 139 protestants, deux de plus qu’à Belfort.

L’augmentation de la population protestante sera particulièrement sensible après la défaite de 1870, beaucoup d’Alsaciens, quittant l’Alsace-Moselle rattachée à l’Allemagne en 1871, sont venus s’établir dans ce bout d’Alsace restée française. En 1876, Giromagny comptait 3156 habitants ; en 1891, ils étaient 3481 et en 1911, 3606.

Le 23 novembre 1902 a eu lieu l’inauguration d’un temple à Giromagny, en remplacement de la chapelle particulière qui menaçait ruine. Celui-ci avait été financé grâce à des souscriptions importantes auxquelles tous les membres de la communauté avaient participés, de collectes dans différentes paroisses, de dons privés généreux, de subventions de la commune de Giromagny et de l’Etat. C’est la paroisse de Belfort-Giromagny qui est en charge de l’entretien de ce temple.

 

Actuellement ce joli petit temple ne sert plus qu’en de rares occasions, le nombre de paroissiens sur place ayant fortement baissé. Les cultes se sont centrés sur Belfort

 

 

Voir la page d’accueil de la paroisse protestante de Belfort-Giromagny

Voir la page consacrée à l’histoire du temple et de la communauté protestante de Belfort

 

Page d’accueil